Le mariage marocain incarne la tradition, les coutumes et l’authenticité, même si on y a introduit quelques touches de modernité. Tout commence avec Rchim lorsque les familles des jeunes gens font connaissance avant de célébrer les fiançailles en bonne et due forme.

Et après toute l’organisation et les préparatifs vint alors le jour du defouâ lorsque le jeune marié accompagné d’un cortège composé de ses proches et ses amis apportent des présents à sa promise un jour avant la grande cérémonie du mariage. Le jour du Defouâ, la jeune mariée se fait tatouée les mains et les pieds au henné alors qu’elle est entourée de sa famille et ses amis.

Le jour du mariage, est évidement ponctué par le défilé des costumes traditionnels marocains portés par la mariée, accompagnée de son époux et entourée des convives venus partager sa joie et son bonheur. La cérémonie est agrémentée du repas des noces et de l’animation avec au programme du chant et de la danse à volonté jusqu’au petit matin, lorsque le mari et sa promise quittent les lieux de la célébration pour leur nuit de noces.

Le traditionnel Sbouhi

Traditionnellement le lendemain des noces connu aussi sous le nom de Sbah, les femmes mariées des deux familles se réunissent pour attester de la virginité de la jeune mariée. Une tradition toujours présente dans certains cercles sociaux notamment dans les campagnes, mais elle est de plus en plus délaissée. En début d’après midi la famille de la jeune femme prépare le repas nuptial qu’elle apporte aux jeunes époux, alors qu’un autre est servi à leur domicile au profit de quelques intimes de la famille parmi les voisins et la famille. Ce repas commence avec de la harira accompagnée de Chebakiya et de dattes pour se poursuivre avec d’autres plats plus consistants se composant de poulet rôti, de viande, et autres mets issus de la cuisine traditionnelle marocaine. Pour le repas des jeunes époux, il est assez consistant et il sera partagé par les parents proches des deux jeunes gens et il sera suivi par l’ouverture des cadeaux.

La coutume des sept jours

La coutume veut que la jeune femme ne quitte pas son nouveau domicile avant le septième jour et pendant toute la semaine, elle reçoit la visite de sa famille et de ses proches chez elle. Jadis étant donné que la mariée tressait toujours ses cheveux, le cinquième jour après le mariage, le mari doit défaire les tresses avant de coller une pièce d’or sur le front de sa femme et les marieuses recoiffent alors la jeune épouse, mais sans la maquiller afin de la présenter au naturel aux invités.

Le septième jour les marieuses se présentent chez les jeunes époux pour remettre la chambre nuptiale en ordre avant de quitter les lieux afin de permettre au couple d’entamer sa vie normale qui doit être marquée par la préparation de pain et d’un plat de poisson le neuvième jour par la jeune épouse.

De tels us ne sont plus d’actualité, certaines famille préservent la coutume des sept jours durant lesquels la jeune femme ne quitte pas sa maison mais de plus en plus de jeunes ne respectent pas cette coutume et partent en lune de miel juste après les noces, avant de reprendre le cours normal de leur vie en retournant au travail au bout d’une semaine.