Subtil équilibre entre pudeur et élégance, les femmes arborent leurs djellabas en toutes occasions et en font des tendances plus «fashion». Les tendances beldi, omniprésentes, reviennent plus en force durant le mois sacré de ramadan qui coïncide avec la saison estivale.

Ainsi, bon nombre de femmes préfèrent porter des djellabas certes revisitées mais toujours à la pointe de la mode marocaine. Celles-ci commencent, bien des mois avant à préparer leur sélection de tissus en fonction des tendances et en connivence avec la mode internationale.

La file d’attente s’allonge devant les boutiques de créateurs qui doivent faire face à une demande de plus en plus accrue. D’autres femmes préfèrent des djellabas toutes faites, aux tissus légers et aux couleurs de la saison, dont abondent les kissariates à l’approche du Ramadan.

Cette année, la djellaba qui demeure une version revisitée de la robe traditionnelle adopte de nouveaux styles avec une coupe féminine «stylée »moins longue et plus colorée, évasée, sans manches elle reste très glamour , faite de tissus légers et soyeux, elle s’accommode parfaitement avec un pantalon ou un serouel en satin, portée au dessus, telle une tunique .

À mi-chemin entre élégance et confort optimal, on s’éloigne de la djellaba ultra élégante pour privilégier une production en empiècements maniables avec des modèles plus diversifiés. Les djellabas les plus prisées cette année sont celles cousues en satin de soie, satin duchesse, mobra, mlifa et autres tissus de haute gamme.

Les créateurs, qui optent aussi bien pour des créations unies aux couleurs flashy , qu’à motifs, osent le mélange de textiles fins comme le « mliffa » ou le satin de soie travaillé avec le « kmiss », non sans un clin d’œil aux tendances modernes à l’exemple de la djellaba imprimée fleurie, ou encore celle brodée. Impossible de faire l’impasse sur les couleurs unies, une explosion de jaune, de mauve, de bleu électrique, d’orange fluo séduisent de plus en plus les amoureuses de djellabas .