Le mariage marocain est un rappel constant des traditions, des mœurs et des coutumes qui ont accompagné les festivités et les plus importantes célébrations dans la société marocaine. Des rituels qui ont survécu malgré les influences de la mondialisation et de l’ouverture du pays à la fois vers les cultures occidentales et orientales.

L’Amariya dans le mariage marocain

Parmi les rites les plus respectés est l’Amariya. Souvent décrite comme une chaise à porteurs, mais il s’agit plus de palanquin en bois joliment ornés de dorures argentées ou dorées du plus bel effet à la fois scintillante et grandiose. Elle permet d’introduire les mariés à leurs invités lors de la cérémonie du mariage marocain. Dans les traditions marocaines ancestrales, l’époux et la jeune mariée doivent être portées comme les sultans sur les épaules des membres de leurs familles respectives pour être vus et admirés par l’assistance.

De nos jours cette coutume est toujours vivace dans les esprits et dans le déroulement de la cérémonie, car l’Amariya donne l’occasion aux invités d’assister de façon grandiose à l’introduction des mariés dans la salle de cérémonie.

Selon la tradition ancestrale au Maroc, les jeunes époux doivent être portés à deux reprises sur l’Amariya, la première lorsqu’ils font leur entrée en salle alors que la jeune mariée porte une takchita blanche sertis d’ornements argentés et embellie de parures en or blanc tandis que le mari porte le jabador traditionnel soit en blanc ou de couleur crème ou grise perlée.

Pour la deuxième fois, la jeune femme doit être portée lorsqu’elle revêt la fameuse lebssa fassia, l’un des costumes les plus anciens et qui fait toujours tendance dans les mariages marocains. Cette tenue est toute en vert ou en bleu roi avec des dorures et des bijoux en or jaune agrémentés de pierres précieuses et dont la couleur est assortie à celle du costume du marié. De son côté, le jeune homme est porté pour la deuxième fois alors qu’il porte une djellabah blanche ou conçu dans un gris perlé.

Si auparavant les époux ont été portés par des membres de leurs familles, aujourd’hui ce sont des jeunes hommes vigoureux qui se chargent de cette mission. Généralement, ils font partie de l’équipe accompagnant la neggafa. Ces hommes portent généralement des jabador assortis de selham. ils peuvent être vêtus tout en blanc ou opter pour des tenues chatoyantes et festives.

En tout cas, ce rituel de l’Amariya se fait selon des rites bien précis avec la neggafa qui introduit les époux sous les youyous, le tout célébrés par la musique traditionnelle marocaine dite chaabi.

Les époux sur l’Amariya

Si les invités sont impressionnés par l’entrée des jeunes mariés, des youyous fusent de toute part pour les célébrer et les saluer dignement étant donné qu’ils sont les stars de l’évènement. De leur côté, les époux doivent répondre aux salut avec des gestes de la main sans trop déranger leurs vêtements et leurs bijoux d’apparat. Le sourire aux lèvres, ils prennent des poses au profit du photographe, ils saluent les invités et expriment leur joie mais avec un certaine retenue, comme le veut la tradition marocaine. Ils ne peuvent se permettre d’applaudir ou de faire des gestes exagérés susceptibles d’être mal interprétés ou encore mettre en danger leur équilibre sur les épaules des porteurs. L’un des rites respectés soit lors de la première portée ou la deuxième est la tournée de la salle, qui se termine par le mari qui embrasse sa promise sur le front en signe d’adoration et de respect.

En tout cas l’Amariya est un rituel qui accompagne chaque mariage marocain, et est un symbole de distinction et de joie partagé aussi bien par les heureux élus que par leurs invités.